Visiter le Cameroun avec moi

💪🐘Visé par les braconniers, un éléphant sauvé in extremis

La question du braconnage est un enjeu des plus importans au Cameroun. En guise d’exemple de la cruauté humaine, mais également du dévouement de certains soigneurs, les événements survenus le 15 février dernier au sein du parc national de lobeke. Un pachyderme a été pris pour cible par des braconniers, qui lui ont envoyé une flèche empoisonnée dans la patte arrière droite, attendant que le poison fasse effet pour venir lui subtiliser ses cornes. Le trafic d’ivoire peut rapporter des fortunes, notamment en le vendant en Asie.Mais c’était sans compter sur l’intervention des soigneurs qui ont débarqué à l’endroit où l’éléphant agonisait. Ils ont réussi à le soigner, retirer l’élément empoisonné et nettoyer la plaie, lui permettant de repartir au sein de la réserve. Il demeure surveillé par les équipes

Reserve du Dja

Créée en 1950 au Cameroun, la Réserve de faune du Dja, fait partie intégrante des forêts denses humides du bassin du Congo et constitue l’une des forêts humides d’Afrique les plus vastes. En raison de la diversité de ses espèces et de son état de conservation, l’Unesco décide en 1987 de l’inscrire au patrimoine mondial. Selon cette instance des Nations Unies, 90% de sa superficie resterait inviolée et plus d’une centaine d’espèces de mammifères y vivraient. Parmi elles, plusieurs sont d’ailleurs menacées au niveau global à l’instar du gorille des plaines de l’ouest (Gorilla gorilla), du chimpanzé (Pan troglodytes), de l’éléphant de forêts (Loxodonta africana) et du perroquet gris du Gabon (Psittacus erithacus).

La réserve du Dja tire son nom du fleuve Dja qui l’encercle et en forme la limite naturelle. D’une étendue estimée à près de 526.000 ha, la réserve est l’habitat de très nombreuses espèces animales dont le gorille des plaines de l’ouest, le chimpanzé, l’éléphant de forêt, le mandrill, le léopard, le bongo et le sitatunga.

Cette réserve n’est pas aménagée pour que des touristes puissent y voir aisément des animaux : pas de pistes, de points d’observations, etc. Il n’est pas garanti que vous puissiez y observer les animaux.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Sur le plan opérationnel, toutes les zones de forte pression sur les ressources naturelles ont été identifiées et une stratégie locale de lutte anti-braconnage a été élaborée. Il y a régulièrement des patrouilles en forêt et sur la route dans et autour de la réserve, et il existe une formalisation d’un cadre de collaboration avec les opérateurs du secteur forestier pour un contrôle continu de leurs concessions.

La visite

Il pleut tout l’année dans cette zone du Cameroun, les visites sont impossibles durant les deux périodes de l’année avec une pluviométrie prononcée : la petite saison pluvieuse allant du debut mars jusqu’à la mi juin et la grande saison pluvieuse du debut septembre jusqu’à mi novembre.

L’entrée la plus connue de la Réserve du Dja se trouve au village Somalomo, à la limite septentrionale. pour l’atteindre, le mieux est de louer un 4×4 avec chauffeur car le voyage en car est long et pénible.
La Réserve du Dja ne connaît pas de routes carrossables. L’accès se fait à pied, avec pas mal d’obstacles comme des traversées de points d’eau. La visite de la réserve se fait en mode trek et est déconseillée aux visiteurs qui ne sont pas en bonne santé et condition. L’accès est déconseillé aux enfants de moins de 15 ans et aux seniors, ainsi qu’aux personnes non entrainées et n’ayant pas d’expérience de treks en forêt tropicale.

Les pistes en forêt sont souvent presque invisibles et difficiles à suivre. Parfois, on traverse des cours d’eau, avec ou sans arbres formant un pont naturel. La végétation à traverser est souvent dense, parfois tranchante et pleine d’épines. Il vous faut donc un habillement qui tient compte de ces conditions: des textiles qui ne se déchirent pas facilement, des pantalons et manches longues, chaussures ou bottes qui couvrent les chevilles et qui peuvent être trempées dans l’eau. Dans la journée il fait chaud mais pas trop, grace à l’ombre de la forêt. Les nuits sont assez fraîches.